L'Auberge et sa Grange.

Naissance et Histoire de l’Etablissement jusqu’en 1989.

Comme pour Astérix, tout a commencé du temps des Romains, puisque la Voie gallo-romaine traversait le village, comme en témoignent les nombreux ponts gallo-romains d’Olby, et aussi le puits romain enfouit sous terre, au pied de notre Maison . Une centaine de sarcophages mérovingiens ont également été découverts lors de fouilles archéologiques en 1992, suite à des travaux d’agrandissement de Terrain,  à l’arrière du bâtiment.Mais, c’est vers 1789, au moment de la Révolution française, et que dans chaque village, les églises, châteaux et auberges étaient reliés par des tunnels souterrains, que l’on peut certifier le début d’existence de l’Auberge, puisqu’un tunnel reliait aussi la Cave de l’Auberge actuelle à l’Ancienne Eglise d’Olby (18ème siècle?).Une ancienne photo de l’Auberge, datée de 1899, fait paraître un bâtiment à 2 niveaux, avec un toit en chaume. Cette partie faisant partie de l’existant actuel, et c’est dans les années 1950 que fût agrandi l’ensemble en Café-Hôtel-Restaurant « La Bonne Auberge ».L’ancien propriétaire des lieux, Raymond Lassalas, était l’oncle de mon mari, et fût aussi l’ancien Maire d’Olby. Marie-Louise, son épouse, officiait en cuisine, ainsi qu’à l’épicerie qu’ils avaient à l’arrière de l’Auberge. Ils avaient aussi quelques vaches dans l’Ecurie adjacente (les garages actuels). Ils avaient un fils nommé Pierrot Lassalas, qui avait une entreprise de transport, et sa femme tenait un salon de coiffure, aussi dans l’enceinte de l’Auberge. Ce furent leurs années de gloire, et de « La Bonne Auberge », qui était déjà précurseur des centres commerciaux actuels! Raymond Lassalas tomba malade, ainsi que son fils, et décédèrent tous deux en 1985 et 1987. L’Auberge s’endormit tout doucement, jusqu’en 1990, année où elle fût reprise par les actuels propriétaires, Paul et Maidara Roussel, qui lui feront subir un « traitement de choc » par la rénovation plus que complète de l’ensemble des bâtiments et des extérieurs!

Histoire de la Rénovation de l’Auberge et des Propriétaires actuels: Maidara et Paul Roussel (1989 – 2014)

Maidara (surnommée « Mai ») et Paul Roussel se sont rencontrés en 1979 à Londres.Mai est la 3ème fille d’une famille nombreuse de 7 enfants, de Père letton , Courtier maritime, et de Mère anglaise. Elle habitait en Belgique, où ses parents se sont rencontrés et installés. Après avoir passé son « Bac » à l’Institut de Gand, elle débutera dans la vie active comme Hôtesse de l’air,  à la Sabena, compagnie aérienne belge. Paul était le 5ème des 8 enfants de Marguerite & Francisque Roussel, Minotier & Agriculteur au Moulin d’Olby. Paul fera toute sa carrière dans la Maroquinerie et était expatrié & Cadre dirigeant d’une Maroquinerie en Côte d’Ivoire quand il rencontra Maidara. En 1980, elle démissionnera  donc de son poste d’hôtesse de l’air, et partit en Afrique pour le rejoindre. Ils auront une fille, Natacha, née en 1981, et même dernièrement, une petite fille, Sasha, née en 2013!Jusqu’en 1989, Paul continua à diriger la Maroquinerie à Abidjan, tandis que Mai travailla à l’Ambassade de Belgique à Abidjan, comme Secrétaire à la Coopération au Développement, ainsi que, simultanément, pour de multiples entreprises, au service de recouvrement de créances. En 1989, la Maroquinerie fût racheté par un groupe étranger. C’est ainsi que nous avons choisi de rentrer en France, car la situation économique ne présageait rien de bon, et la suite des évènements nous aura donné raison!

Nous voici donc catapultés en juin 1989, à Olby, sans maison et sans boulot! Notre beau-frère nous abrita, Natacha pris le chemin de l’école d’Olby, Paul retrouva rapidement un poste de cadre dirigeant à l’usine de Maroquinerie « Le Tanneur » à Bort-les-Orgues, et enfin, Mai commença un stage à l’IUT, afin de parfaire ses connaissances en matière de « Direction et Développement des PMI-PME », et où le projet de reprise de « La Bonne Auberge » fût étudié sous toutes ses coutures! Ainsi fût donc repris cette Auberge, qui commençait à ne plus pouvoir cacher sa vétusté. Tout a été refait, de la cave au grenier ! Mai commença l’exploitation du Bar-Restaurant en 1990, et développa l’affaire en Traiteur, Epicerie fine, Plats à emporter,…, jusqu’en juillet 2010, où, suite à un « burn-out », elle décida de tout retransformer en réduisant la capacité du Restaurant, et en créant un appartement meublé dans l’ancienne grande salle de restaurant, ainsi que des chambres d’hôtes au 1er étage, où autrefois se trouvaient 11 chambres d’hôtel en enfilade, avec leurs cuvettes, brocs d’eau, et WC au fond du couloir!Pendant ce temps, en 1999, Paul partit à la retraite…pour , en fait, reprendre de plus belle, son acharnement au boulot et à la rénovation perpétuelle de la Maison! En 2009, nous avons commencé la dernière série de travaux du 1er étage, l’ancien hôtel qui était resté « en friche », puisqu’il fallait d’abord rénover le rez-de-chaussée, où était l’activité principale de Mai, ainsi que le grenier, qui deviendra notre Maison. Nous avons donc commencé par abattre quelques cloisons, et créé ce qui est devenu le Salon Commun, dont le plafond à la française, est entièrement fait par Paul (comme tout le reste d’ailleurs!). Mai s’est attaquée aux plans d’architecture & à l’administration, ainsi qu’à la décoration et la « barbouille » des lambris et des murs, mais s’est surtout spécialisée dans le « Béton ciré ». En effet, le Bar et les tables de la Salle à Manger, ainsi que les têtes de lits et les crédences des salles de bain sont tous de sa création. Elle a même créé des tableaux en béton ciré, dont vous trouverez toute la collection à ce jour dans les diverses chambres d’hôtes, ainsi que dans le Meublé de Tourisme. Tout le reste, les structures de base, les différents plafonds du restaurant, et même la gaine d’ascenseur qui part de la cave jusque dans la toiture, et puis encore toute l’isolation verticale et horizontale du bâtiment, et plus encore (ça n’en finit pas!)…c’est Paul qui a tout fait!

Après toutes ces années de travaux de rénovation, nous ne sommes pas peu fiers de vous ouvrir enfin nos portes, en espérant de tout coeur que vous vous sentirez « tellement bien chez nous », et que vous reviendrez souvent nous rendre visite! Et nous ne baisserons pas les bras pour autant, de toujours ré-embellir notre Etablissement, afin de de rester « sur le haut de la vague »!

Mai et Paul au Puy de Dôme